Pierre-André Martin

Pierre-André Martin

http://www.pa-martin.com

Coté à l'AKOUN

Originaire de l'Aude et issu d'une famille de viticulteurs, PIERRE-ANDRÉ MARTIN a commencé à peindre à l'huile, à l'adolescence, sans doute inspiré par les ceps de vigne venus courir en rangs serrés sur les coteaux aux courbes généreuses.

L'artiste aime déployer avec magnificence un ciel chargé d'histoires personnelles, ouvrant ainsi l'horizon à un extatique ballet de couleurs, formes, signes et symboles. Fragments de vie et signaux géométriques qui sont autant de témoins d'un long cheminement, comme nous le pressentons. « Ma peinture raconte les moments heureux de mon existence », dit-il. Architecte urbaniste installé à Montpellier, il a toujours été fasciné par les façades portuaires et leurs reflets en pleine eau. On ne peut que sourire et s'émerveiller, le regard fixé sur tous ces espaces sidéraux gorgés de couleurs et rythmes, sertis dans de multiples écharpes soulevées par le vent de l'inspiration. De magnifiques variations s'y inscrivent comme partitions sur fonds de toile. C'est qu'il fait si bon vivre près des quais, non loin des cigales, si proche des traditions, invités par la voix du ténor Georges Thill à découvrir les sites et parcourir les chemins de la vie… en chantant. Une atmosphère chaleureuse et fabuleuse d'une rare intensité.

Nous y retrouvons l'esprit des guirlandes festives, la prolifération des ornements comme chez Gaudi et la multitude de motifs multicolores à l'instar des œuvres du peintre-architecte écologiste autrichien Hundertwasser. Probablement, l'artiste a-t-il aussi été marqué, dans ses années de lycée, par le crénelé des remparts de Carcassonne, la douceur du climat et les couleurs chaudes des toitures et murs toulousains et albigeois pendant ses études d'architecture aux Beaux-Arts puis par les façades et richesses iconographiques des musées de Paris tandis qu'il complétait son cursus d'architecte aux Beaux-Arts et qu'il fréquentait l'atelier Le Maresquier.

On voit, dans les œuvres de Pierre-André Martin, une grande liberté dans l'utilisation des référents plastiques.
On peut parler ici, d'un réalisme fantastique de par la profusion des motifs abstraits, figures et objets « signifiants » disséminés dans l'espace supérieur de la grande majorité des tableaux. Il semble même établir un lien entre la poétique évoquée dans les œuvres de Paul Klee et le constructivisme abstrait des compositions de Kandinsky. Nous ne pouvons rester insensibles devant un tel spectacle. Un art salvateur et bienvenu nous est révélé : une belle symphonie libérée des contraintes spatiales exaltant le vécu de l'artiste avec originalité. C'est toute une poésie qui en émane, une cosmologie chromatique qui nous illumine et nous pousse vers l'émerveillement. Il le précise même : « Le ciel représente l'infini ». Cet hymne dédié à la création, au vécu et aux rencontres est une autre manière de rendre visible cette secrète aspiration à vivre pleinement, ...à devenir... à rêver très certainement… à méditer.

La grande maturité de cet artiste complet nous invite à reconsidérer le rapport entre la terre et le ciel, par ces somptueuses fresques qui tentent de se libérer de la pesanteur. Peut-être un appel à une spiritualité vive, enracinée dans une humanité épanouie... À découvrir absolument ou à revoir. i vous hésitiez encore, interrogez tous ces ciels et vous serez saisis d'un sentiment d'exaltation !

Chris CANTER-BRIENS, critique d'art

Il y a 11 œuvres.

Affichage 1-11 de 11 article(s)

Filtres actifs